Chers amis adhérents,
 
"Rien ne sera plus comme avant !" : beaucoup d'entre nous l'espèrent secrètement ou très ouvertement. Je fais partie de ceux-là.
Je me souviens, étant enfant, de cette petite phrase lâchée quelques fois par des "petits vieux" de mon entourage, en patois gascon : "Il nous faudrait bien une bonne guerre, té !". Je n'en comprenais pas bien le sens. Comment ces gens qui, eux, avaient connu les affres de la guerre, pouvaient prononcer ces mots ? C'est reconnaître que l'humanité, pour avancer de manière significative et se remettre en question, a besoin d'événéments déclencheurs tels des cataclysmes, des catastrophes ...
Cette pandémie du COVID-19 que nous sommes en train de traverser, fait-elle partie de ces événements ?
On peut penser que oui, à court terme, quand on voit (enfin) la reconnaissance et la revalorisation des métiers médicaux et hospitaliers ; on peut penser que oui, avec le retour en grâce de l'agriculture locale et des commerces de proximité, que oui, avec une embellie écologique comme le développement des pistes cyclables dans nos villes et puis plein d'autres petits exemples ...
Mais mon optimisme naturel a été un peu secoué, malheureusement. Dès le début du déconfinement, on constate un peu partout en France, de l'inconscience par rapport à la situation sanitaire avec des imprudences, des incivilités manifestes. J'ai été particulièrement peiné de voir au journal télévisé des exemples de trottoirs jonchés de déchets et d'ordures dans certaines villes. Même à Mouans-Sartoux, une ville qui n'a pas d'habitude cette réputation, j'ai trouvé par terre des masques abandonnés n'importe où ... La nature humaine est ce qu'elle est et ce ne sont pas quelques semaines de confinement qui vont la transformer.
La crise économique que l'on pressent risque d'amplifier le phénomène avec cette colère sourde qui ne demande qu'à s'exprimer.
Mais gardons en nous cette lueur d'espoir en faisant le pari que oui, rien ne sera comme avant ...
Quant à la MCE, elle a su montrer en cette période, son dynamisme, sa faculté d'adaptation tout en gardant la satisfaction et la fidélité de ses adhérents, de ses producteurs et de ses bénévoles : comme avant ? Peut-être mieux !!!
 
Bien amicalement.
 
Pierre