Chers amis adhérents,
 
Elisabeth Caron nous a quittés le 16 Octobre dernier. Nous étons complices depuis plusieurs années pour la tenue de notre stand commun au Festival du Livre de Mouans-Sartoux. Elle nous proposait son choix de livres essentiellement destiné à développer la conscience citoyenne auprès des jeunes lecteurs.
Vous la voyez ci-dessus avec nous en 2017 (à gauche sur la photo), toujours joyeuse, pleine de vie et de projets.
Très affaiblie depuis plusieurs années, Élisabeth s'est battue contre sa maladie avec vaillance mais la maladie l'a finalement emportée.
La vaillance et la ténacité étaient deux de ses qualités, elle en avait bien d'autres : une générosité constante, une capacité d'accueil et de lien rare, une fidélité à ses principes politiques depuis ses premiers engagements.
Toutes ces qualités s'exprimaient dans les relations interpersonnelles et amicales comme sur le terrain de ses engagements professionnels et militants, pour elle inséparables.
A la fin des années 1970, elle combine son activité d'institutrice à Cannes avec un engagement syndical mais aussi politique pour l'autogestion, le féminisme et l'écologie.
Elle s'était installée à Nice depuis plusieurs décennies, elle a longtemps travaillé et habité dans le quartier de l'Ariane où elle était directrice d'école puis au centre-ville à l'école Thérèse Roméo.
Sa générosité et sa capacité de lien y ont fait merveille.
Élisabeth s'était engagée pleinement dans le réseau RESF et sa solidarité avec les migrant.e.s était concrète et sans faille.
Ces dernières années, elle avait été partie prenante d'une nouvelle aventure : l'ouverture et l'animation de la librairie Les Mots du Monde (extrait communiqué).
J'étais présent et représentais la MCE lors de ses obsèques et j'ai été impressionné par le nombre de ceux qui ont voulu lui rendre ce dernier hommage et très ému d'écouter les choix musicaux qu'elle avait voulus avant son inhumation : Julien Clerc (dont "Femmes, je vous aime" pour défendre le féminisme) et l'Internationale (pour ses idées fortement ancrées à gauche) : c'était la première fois que j'entendais ce chant résonner dans un cimetière ... Emouvant, même sans considérations politiques.
Nous souhaitons que Mots du Monde perdurera et que vous verrez ses bénévoles lors du prochain Festival du Livre. Merci, Elisabeth, pour tout ce que tu as fait !
 
Bien amicalement.
 
Pierre